Une histoire de canassons

Répondre
Rafaela Aillard de Temora
Messages : 1344
Inscription : lun. 14 juil. 2014 16:22

Une histoire de canassons

Message par Sioban » dim. 9 sept. 2018 16:55

Automne 6-8-2263

Ce matin-là, Rafaela et Auster patientaient devant la caserne. Suite à son achat, le hongre avait été livré dans les écuries. L'Aillard avait jugé qu'il était temps que son fils fasse plus ample connaissance avec Phoebus et quoi de mieux qu'une promenade dans les environs d'Arilinn ? Bref, vêtus tous deux de la tenue appropriée, une robe d'équitation verte pour elle, ils allèrent mander une escorte. En ces temps obscurs, il n'était pas question de se mettre bêtement en danger. Rafaela ne mégotait ni sur sa sécurité ni sur celle de son enfant.
Dernière modification par Sioban le jeu. 13 sept. 2018 20:52, modifié 3 fois.

Adrian Alton
Messages : 81
Inscription : dim. 1 avr. 2018 14:58

Re: Une histoire de canassons

Message par Chris » dim. 9 sept. 2018 17:03

Être garde ne consistait pas uniquement à effectuer des rondes de sécurité dans les ruelles d’Arilinn mais à être, par exemple, de corvée d’escorte. Pour Adrian, le terme de corvée était un bien grand mot, tout dépendait de la ou des personnes qu’il se devait d’accompagner. Certaines compagnies étaient plus agréables que d’autres, d’autres plus pénibles ; c’était un peu la loterie.

Ce matin-là, il semblait que la chance soit de son côté. Lorsque l’on vint le chercher pour lui attribuer une mission d’escorte, il fut soulagé d’apprendre qu’il s’agissait de la domna Aillard et de son fils, Auster s’il se souvenait bien. Il leur avait vendu un cheval quelques décades plus tôt et leur rencontre avait été des plus agréables. Aussi se hâta t-il de les rejoindre tous deux.

« Domna Rafaela, Auster. S’dia shaya. C’est un plaisir de vous revoir. C’est moi qui aurai l’honneur de vous accompagner aujourd’hui. » Il inclina sensiblement la tête avec le sourire. « Comment vous portez-vous ? »

Rafaela Aillard de Temora
Messages : 1344
Inscription : lun. 14 juil. 2014 16:22

Re: Une histoire de canassons

Message par Sioban » mar. 11 sept. 2018 19:52

C'est avec un étonnement non feint qu'elle reconnut l'Alton qui se dirigeaient vers eux. Serait-il leur escorte du jour ? Un léger sourire plissa ses lèvres. Cet heureux hasard allait lui permettre d'en apprendre davantage sur cet homme qu'elle ne connaissait ni d'Hastur ni de Cassilda.

Adrian vint les saluer et Rafaeal posa une main sur l'épaule de son fils, léger stimuli l'incitant à faire preuve de politesse.

- S'dia shaya, dom Adrian !

L'enfant le regardait l'air confiant. Il avait reconnu l'homme qui donnait des chevaux. Rafaela, satisfaite, revint vers le garde.

- S'dia shaya... Je ne savais pas que vous officiez à la garde, dom Adrian.

Il s'inclina, poursuivant la conversation.

- Eh bien, nous nous portons bien. L'air d'Arilinn est plus frais de là où je viens, mais je pense que je m'y habituerai un jour. Les embruns de la mer par contre, c'est autre chose...

Et de prendre la direction de l'écurie. Phoebus devait être correctement harnaché maintenant.

Adrian Alton
Messages : 81
Inscription : dim. 1 avr. 2018 14:58

Re: Une histoire de canassons

Message par Chris » mer. 12 sept. 2018 13:26

Femme et enfant répondirent à ses salutations avec la même chaleur, Rafaela s'étonnant de le voir officier en tant que garde. Ce n'était pas vraiment le genre de carrière qu'il avait imaginé suivre mais la vie lui avait réservé quelques surprises et c'était ce chemin qu'il suivait aujourd'hui. Pour être tout à fait franc, ce n'était pas si mal.

Il les emmena vers les écuries tout en poursuivant la conversation.

« Vous semblez avoir la mal du pays... » Arilinn était située à l'intérieur des terres, bien loin de la mer.

Arrivés aux écuries, un palefrenier les attendaient avec trois chevaux, prêts à être montés. Adrian flatta l'encolure de Phoebus et se tourna vers Auster.

« Prêt pour une balade ? »

Et de s'enquérir ensuite auprès de sa mère :

« Vous souhaitez aller à un endroit précis ? »

Rafaela Aillard de Temora
Messages : 1344
Inscription : lun. 14 juil. 2014 16:22

Re: Une histoire de canassons

Message par Sioban » mer. 12 sept. 2018 15:56

Elle se tourna vers lui alors qu'il lui demandait si elle n'avait pas le mal du pays.

- Je crains que vous n'ayez raison. Fort heureusement, ma présence ici ne devrait pas s'éterniser. Sitôt mes affaires expédiées, je retrouverai mon castel et la mer de Dalereuth.

Ils bavardaient et trouvèrent sans mal trois chevaux correctement harnachés qui patientaient dans la cour. Auster quitta ses jupes pour rejoindre Phoebus, alors que sa mère poursuivait la conversation.

- Eh bien, si nous pouvions sortir hors de la ville, je crois que ça serait agréable. Par contre, je dois vous prévenir...

Elle était un peu embarrassée de le dire, mais Rafaela n'était pas une grande cavalière. A la tête d'un Domaine, elle n'avait jamais eu le temps de chevaucher à travers la campagne.

- Je suis plus habituée aux calèches...

Elle pinça les lèvres en le disant. Elle n'aimait pas être prise en défaut et celui-là n'était pas des moindres pour cet Alton pressenti comme un époux potentiel. Et faire un geste au palefrenier pour qu'il l'aide à monter en selle.

Adrian Alton
Messages : 81
Inscription : dim. 1 avr. 2018 14:58

Re: Une histoire de canassons

Message par Chris » mer. 12 sept. 2018 19:24

À l'inverse de Rafaela, Adrian ne souffrait pas du mal du pays. Il appréciait ses parents et la vie au domaine était plus qu'agréable mais il était encore assailli par de mauvais souvenirs. Il regrettait simplement que son éloignement le prive de la présence de ses jumelles. Non, pour l'heure, Arilinn et la Garde lui convenaient parfaitement.

« Vous ne vous plaisez pas ici ? J'imagine que la vie à Témora doit être bien différente. » Il inspira et expira, pensif. « Je ne serai pas contre vivre près de la mer, un jour. Cela me changerait d'Armida. Et d'ici, évidemment. »

Tandis qu'Auster accourait vers Phoebus, la domna Aillard lui indiqua qu'elle espérait une balade dans la campagne, aux alentours de la ville, bien qu'elle ne soit pas un cavalière chevronnée. L'Alton lui offrit un sourire qu'il voulait rassurant.

« N'ayez crainte, nous irons au pas, et je me tiendrai non loin de vous et d'Auster. »

Avec un enfant de l'âge de son garçon, il n'était de toute façon pas question de précipiter les choses. Il s'approcha de ce dernier et tint personnellement à le hisser sur Phoebus alors que le palefrenier se chargeait d'aider la jeune femme.

« Tu es bien installé ? »

Dans un souci de sécurité, il vérifia les sangles de leurs chevaux respectifs et pria Auster de faire quelques pas dans l'enclos. Tout semblait correct, et il se hissa à son tour sur sa propre monture.

« Nous y allons ? »

Rafaela Aillard de Temora
Messages : 1344
Inscription : lun. 14 juil. 2014 16:22

Re: Une histoire de canassons

Message par Sioban » jeu. 13 sept. 2018 08:42

La suite la laissa stupéfaite, elle ne sut comment l'interpréter.

- Vous ne seriez "pas contre" ? Que voulez-vous dire, dom Adrian ?

Elle se mit à rire légèrement. Interrogative, elle se demandait si la vie au sein des terres Alton était à ce point pesante ou s'il aspirait à de la nouveauté. A moins qu'il ne songe à une union avec une femme du Domaine ? La maladresse n'était pas à écarter non plus... Trop de possibilités et elle ne connaissait que trop peu l'homme pour comprendre ce qu'il avait bien voulu dire. L'esprit pragmatique de Rafaela retint cependant qu'il ne lui répugnait pas de devenir le consort d'une femme Aillard et c'était déjà une information importante qu'elle se devait de transmettre à sa sœur. Elles avaient évoqué ce point dans leur dernière discussion.

- Au pas, je devrais m'en tirer.

Tandis qu'elle enfourchait l'animal, le palefrenier s'empressa de régler les étriers et les rênes. Elle observa l'Alton aider son fils du coin de l’œil. Elle avait la confirmation que les enfants ne le répugnaient pas. La suite serait sans doute instructive. Après quelques manœuvres dans l'espace de la cour, ils prirent le chemin qui conduisait aux alentours de la ville. Ce faisant, Rafaela regardait autour d'elle. Les rues étaient bien fréquentées à cette heure, emplies de marchands, de badauds et même une renonçante qui menait deux chevaux. Revenant vers son fils, elle eut la satisfaction de constater qu'il goûtait particulièrement ce moment avec son nouvel ami. Il était si fier, assis sur son cheval de grand qu'elle en fut émue. Il faudrait réitérer l'expérience. Et puis, il prenait l'air et cette idée n'était pas pour lui déplaire.

Ils ne tardèrent pas à sortir de la ville, croisant parfois des marchands qui menait des charrettes et même quelques comyns qu'elle salua d'un bref mouvement de tête. Le petit groupe s'engouffra sur une route bien entretenue et abordèrent une campagne de vergers et cultures, pour l'heure recouverts d'une couche de neige qui annonçait le début de l'hiver. Rafi huma l'air à plein poumons, contente de se soustraire à ses responsabilités pour quelques heures. Elle l'évoqua simplement.

- C'est bien agréable de se promener ainsi, n'est ce pas ? Je n'en avais pas idée.

Adrian Alton
Messages : 81
Inscription : dim. 1 avr. 2018 14:58

Re: Une histoire de canassons

Message par Chris » jeu. 13 sept. 2018 20:44

Si sa précédente réflexion surprenait la domna Aillard, l'Alton lui ne le remarqua pas et répondit avec toute la franchise qui le caractérisait.

« J'ai toujours vécu à l'intérieur des terres, Armida ensuite Arilinn. Voir autre chose, vivre un peu différemment... je ne serais pas contre l'expérience. Même si je doute avoir mon mot à dire sur la question. »

Il en avait plus qu'il ne l'aurait souhaité, mais ce n'était que la vérité, après tout. Adrian avait toujours suivi les ordres paternels sans discuter, et il savait qu'il était en sursis. Un jour prochain, son père viendrait probablement lui annoncer qu'il était temps pour lui de prendre une nouvelle épouse, et il s'exécuterait, comme toujours. Il espérait juste que ce moment surviendrait dans un avenir aussi lointain que possible.

Malgré son manque d'expérience, Rafaela ne rechigna pas à grimper sur la monture qu'on lui présentait. Adrian la surveillerait avec la même application qu'il le ferait à l'égard d'Auster. Hors de question qu'ils soient victimes d'un accident, ils étaient sous sa protection à présent. Le trio quitta lentement la cohue de la ville pour se retrouver dans la campagne, plus paisible et aisément accessible pour des cavaliers débutants. Auster appréciait chevaucher Phoebus et Adrian devait bien avouer qu'il se débrouillait avec un talent certain pour un enfant de cet âge. Même Rafaela semblait apprécier cette petite escapade ; il sourit à son commentaire.

« Oui, c'est très apaisant. Battre ainsi la campagne, à dos de cheval, donne un certain sentiment de liberté... encore inégalé, en ce qui me concerne du moins. Vous pourrez renouveler l'expérience si celle-ci vous est agréable. À présent que votre fils possède sa propre monture, il souhaitera certainement chevaucher en compagnie de ses parents. »

Et de suivre le petit chemin de terre qui les emmenait toujours un peu plus loin à travers champs, inspirant lui aussi à plein poumons l'air frais aux senteurs humides et automnales de la végétation.

Rafaela Aillard de Temora
Messages : 1344
Inscription : lun. 14 juil. 2014 16:22

Re: Une histoire de canassons

Message par Sioban » ven. 14 sept. 2018 07:34

Rafaela le trouva léger sur cette question qui entraînait des changements conséquents dans une vie. Elle ne lui conseilla rien, les goûts et les couleurs... Il déplairait sans doute au Seigneur Alton de recevoir les désideratas et les envies "d'expérience" de son fils. Pour la première fois depuis plusieurs jours, l'image de Bran lui revint en mémoire. Bran et ses toupies. Bran le rêveur... Elle ressentit quelques inquiétudes à l'endroit de l'Alton. Était-il du même bois que feu son époux ?

- Il me semble que c'est assez radical comme expérience, mais vous verrez bien ce que l'avenir vous réserve.

L'Aillard n'avait su que dire d'autre. Elle n'était pas sûre que les négociations avec Alton aient commencé et qu'elles aboutissent. Il fallait se montrer prudente sur ce sujet.

Ils se promenèrent ainsi jusqu'à apercevoir un petit pont jeté au-dessus d'une rivière. Et de bavarder tranquillement jusqu'à ce que l'homme évoque combien il lui serait agréable pour Auster de monter en compagnie de ses parents. Le regard de Rafaela obliqua immédiatement vers l'enfant, mais elle fut rassurée lorsqu'elle s'aperçut qu'il n'avait pas entendu les paroles du garde. Il était pour le moment occupé à parler à son cheval à voix basse et Phoebus intrigué, tournait les oreilles comme s'il ne manquait aucune miette de son discours.

- Certes, c'est assez plaisant, je veillerai à l'accompagner aussi souvent que possible. Enfin... L'hiver vient, sans doute que ce sera plus aisé au printemps, n'est ce pas ?

La couche de neige au sol était assez épaisse et sans doute que dans les prochaines décades, elle le serait davantage.

Adrian Alton
Messages : 81
Inscription : dim. 1 avr. 2018 14:58

Re: Une histoire de canassons

Message par Chris » ven. 14 sept. 2018 12:22

Ce que l'avenir lui réservait, il n'en avait pas la moindre idée. Il savait qu'il lui faudrait se remarier, c'était une issue indiscutable, mais quant à savoir qui serait l'heureuse élue... Il haussa les épaules.

« À mon sens, n'importe quelle expérience peut être qualifiée de radicale, tout dépend de la façon dont elle est perçue par celui qui la vit. L'avenir est incertain, rien n'est jamais gravé dans le marbre. À partir de là, lorsque l'on a conscience que l'on ne possède qu'une faible emprise sur ce que sera demain, on finit par se contenter de chercher du positif dans les petits détails, pour que la prochaine expérience soit la plus agréable possible... ou la moins désagréable. Je n'ai aucune idée du lieu où me mèneront les desiderata paternels ; les plaines, la montagne, le bord de mer ? Alors je réfléchis aux différentes possibilités et cherche cette étincelle positive. »

Peut-être que ses propos trahissaient un sentiment d'amertume, mais Adrian était simplement pragmatique. Il esquissa cependant un sourire pour alléger le ton morose de ses paroles.

Leur promenade se déroulait pour l'instant sans anicroche. Adrian veillait à ce que les deux apprentis cavaliers suivent le sentier pour leur éviter toute chute ; en pleine campagne, le terrain était souvent accidenté et la couche de neige qui recouvrait le sol rendait la détection d'éventuelles cavités plus difficile à repérer. Il nota que Rafaela ne mentionnait pas son époux à propos des balades équestres en compagnie de son fils, il pouvait y avoir des dizaines de raisons à cela et il préféra ne pas relever.

« Oui, bien entendu. Je pense que vous pourrez si vous le souhaitez, profiter encore d'une promenade dans les jours qui viennent mais après cela, il serait préférable en effet d'attendre le printemps pour vous risquer à pareille activité. Serez-vous toujours à Arilinn à ce moment-là ? »

L'Alton leur fit faire une petite halte, tant pour profiter du paysage que pour leur permettre de se détendre un peu. Lorsque l'on n'avait pas l'habitude de chevaucher, il était courant de se maintenir crispé, même inconsciemment, par la crainte de tomber et par conséquent de faire travailler ses muscles plus que de raison.

Rafaela Aillard de Temora
Messages : 1344
Inscription : lun. 14 juil. 2014 16:22

Re: Une histoire de canassons

Message par Sioban » lun. 24 sept. 2018 16:31

Rafaela ne s'était jamais trouvée dans cet état d'esprit. Fiona lui avait dit qui elle devrait épouser et elle avait obéi. Après Ardais, sa sœur avait ciblé le domaine Alton pour diverses raisons. Le choix de son mari ne changerait rien à sa vie, elle serait toujours la dame de Temora. Ce "détail" faisait sans doute la différence. Son sourire la surprit un peu, plus mesurée elle inclina la tête et répondit avec la prudence qui la caractérisait.

- Je ne connais pas les desseins de votre père, mais comme dit l'adage, gardez-vous de désirer quoi que ce soit, dom Adrian, vous pourriez l'obtenir.

Formule toute faite qui se prêtait bien à la situation. Il y avait des chances que les négociations aillent dans le bon sens, mais rien n'était à exclure. Pour l'heure, Rafaela utilisait ce moment à son avantage. C'était pour tout dire une occasion inespérée de connaître mieux le jeune homme et de s'assurer de lui alors qu'il ne se doutait de rien. Elle n'avait aucun remord à agir de cette manière sachant les enjeux.

Rafaela respira profondément, se laissant mener. Le cheval qui la transportait suivait le train, ce qui la rassura. Le garde décida de faire une petite pause, elle en profita pour bien se caler sur son séant. Il fallait avouer que c'était aussi plus facile de se parler.

A la question d'Adrian, elle répondit sans ambages. La durée de son séjour n'était un secret pour personne.

- J'ai prévu de rester jusqu'au printemps et même bien au-delà. Mes affaires réclament que je demeure ici un certain temps, un contrat d'importance en l'occurrence que je saurai bâcler. Il réclamera toute mon attention jusqu'au solstice d'été.

Elle n'entra pas dans les détails, après tout on ne lui demanderait pas son avis. Contemplant son fils, elle poursuivit soudain enjouée.

- Je suis décidément ravie d'avoir offert ce petit cheval à mon fils, nous pourrons ainsi nous échapper un peu de notre quotidien. En vérité, cette promenade est charmante, dom Adrian.

Et de rire, ravie.

Adrian Alton
Messages : 81
Inscription : dim. 1 avr. 2018 14:58

Re: Une histoire de canassons

Message par Chris » sam. 17 nov. 2018 16:21

La réflexion de Rafaela lui fit hausser les épaules. Adrian n'avait pas vu son père depuis un long moment, il n'avait aucune idée de ce qu'il avait en tête le concernant. Il pouvait toutefois imaginer que la patience de ce dernier atteindrait ses limites et qu'il considèrerait que son fils cadet avait porté le deuil depuis suffisamment longtemps. Quelle que soit sa décision, il s'y conformerait. Après tout dans son milieu, tout le monde n'avait pas la chance d'avoir des parents si compréhensifs ; à sa place, d'autres que lui s'étaient vus forcés de reprendre une épouse plus rapidement.

« Nous verrons bien. »

À sa question sur ses plans pour les prochaines décades, la dame de Temora expliqua qu'une affaire d'importance la retenait et qu'elle n'en aurait pas terminé avec Arilinn avant le solstice d'été, au moins. Le garde se contenta de hocher de la tête, il aurait été impoli de lui demander en quoi consistait ses projets, il n'était qu'une escorte et ne connaissait la jeune femme ni d'Hastur ni de Cassilda.

Leurs montures profitèrent de cet arrêt pour brouter les quelques touffes d'herbe dépassant encore de la neige, vestiges de la saison précédente. Rafaela lui confia son contentement d'avoir offert Phoebus à son fils quand elle voyait l'entrain avec lequel ce dernier éduquait sa monture. Et d'ajouter qu'elle appréciait leur promenade.

« Je suis ravi qu'elle vous plaise, domna Rafaela. J'apprécie énormément pour ma part de chevaucher en cette saison ; il est juste regrettable que les températures baissent si rapidement. »

Heureusement, femme et enfant s'étaient habillés chaudement, ils pouvaient encore profiter de l'extérieur un moment.

« Je vous propose de nous diriger jusqu'à ce ruisseau en contrebas. Nos chevaux pourront s'y désaltérer et nous pourrons faire quelques pas pour nous dégourdir un peu les jambes. Qu'en pensez-vous ?»

Et d'attendre la réponse de la jeune femme.

Répondre

Revenir à « Les Alentours »